• Créas d'Avril

    Créas d'Avril

    Créas d'Avril

    Créas d'Avril

    Créas d'Avril

    Créas d'Avril

    Créas d'Avril

    Créas d'Avril

     

    Créas d'Avril

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L'Amitiée en Couleurs

    L'Amitiée en Couleurs

    L'Amitiée en Couleurs

    L'Amitiée en Couleurs

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Poussière d'Ange d'après le tuto de Pauline Créations

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • http://www.aureliagraphic.com/nuitmagique.html

    Nuit Magique

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Un Ange veille sur vous

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • La peur peut parfois expliquer bien des égarements !

    La tempête
     
     Ils étaient ensemble à la maison.

     Seuls tous les deux. 

     Il faisait froid, une nuit sombre et orageuse.

     La tempête était venue rapidement. 

     et 
     
     Chaque fois que le tonnerre se faisait entendre, il la regardait sursauter. 

    Elle regarda à travers la pièce et admira son apparence forte ... et 
     
     Voulait qu'il la prenne dans ses bras, la réconforter et la protéger

     De la tempête.

     
     Soudain, avec grand bruit, une panne d ‘électricité .... Elle a crié ...

     Il a couru vers le canapé où elle était recroquevillée. 

    Il n'a pas hésité à la prendre dans ses bras. 
     
    Il savait que c'était une union interdite et 

    S'attendait à ce qu'elle le repousse. 


     Il a été surpris quand elle n'a pas résisté, et s' accrochait à lui. 

    La tempête continuait ...Ils savaient que c'était mal ...

     Leurs familles ne comprendraient jamais ... 

      Tellement préoccupés par leur crainte, ils n'ont pas entendu la porte s'ouvrir... 


     juste le léger déclic d'un appareil photo ...... 

     

     Untitled3

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • La petite fille

     

    La Petite Fille

     

    Une petite fille marchait tous les jours pour aller et revenir de l'école.


    Bien que ce matin là, la température posait question et des nuages se formaient, elle se rendit à pied à son école élémentaire.


    Durant l'après-midi, les vents s'élevèrent et les éclairs apparurent.


    La Maman de la petite craignait que sa fillette ne prenne peur en revenant à la maison et que la tempête électrique puisse lui faire du tort.
    Inquiète, la Maman, s'empressa de prendre la route, en voiture, vers l'école.


    En route, elle vit apparaître sa petite, qui, à chaque éclair, s'arrêtait, regardait en haut et souriait.


    Quelques éclairs se succédèrent rapidement et, chaque fois, l'enfant regardait vers l'éclair et souriait.
    Sa mère parvint à ses côtés, baissa sa fenêtre et lui demanda : Mais, que fais-tu là?

    L'enfant de répondre 

     

    J'essaie d'être belle, car Dieu n'arrête pas de prendre ma photo !

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • A toi mon Amie

    Tu as su me tendre la main
    À cet instant où je n'allais pas bien
    De nos rires, de nos confessions
    Est née de l'affection
    De notre tristesse, de notre complicité
    Est née notre amitié
    Mais il ne faut pas que ce cela reste
    Un simple mot de six lettres

    Si un jour tu es en détresse
    N'hésite pas à me lancer un S.O.S.
    Même si je ne trouve pas les mots
    Ceux qui rendent le monde plus beau
    Même si je suis maladroit
    Tu pourras toujours compter sur moi

    Ne laisse pas la maladie
    Prendre le pas sur ta vie
    Si aujourd'hui tes larmes sont salées
    Demain elles te paraîtront sucrées
    Dans une folle farandole
    Tout tes amis réunis
    Fêteront ainsi ta nouvelle vie

    Mon amie tu m'as secouru
    Alors que je me croyais perdu
    Mon amie tu m'as aidé
    Et ça je ne l'oublierais jamais
    Aussi loin que tu sois

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • Un petit garçon demande à sa mère « Pourquoi pleures-tu? » Parce que je suis une femme » lui répond-elle. Je ne comprends pas » dit-il. Sa mère l'étreint et lui dit « Et jamais tu ne réussiras. »
    Plus tard le petit garçon demanda à son père : Pourquoi maman pleure-t-elle sans raison ? » Toutes les femmes pleurent sans raison » fut tout ce que son père put lui dire.
    Le petit garçon grandit et devint un homme, toujours se demandant pourquoi les femmes pleurent aussi facilement.
    Finalement il appela Dieu; quand Dieu répondit au téléphone, il demanda « Seigneur, pourquoi les femmes pleurent aussi facilement ? »
    Dieu répondit: « Quand j'ai fait la femme, elle devait être spéciale. J'ai fait ses épaules assez fortes pour porter le poids du monde; mais quand même assez douces pour être confortables ».
    « Je lui ai donné une force intérieure pour endurer les naissances et le rejet qui vient souvent de ses enfants. »
    « Je lui ai donné la force pour lui permettre de continuer quand tout le monde abandonne et prendre soin de sa famille en dépit de la maladie et de la fatigue, sans se plaindre. »   « Je lui ai donné la sensibilité pour aimer ses enfants dans n'importe quelle circonstance quand ces derniers l'ont blessée très durement. »   « Je lui ai donné la force de supporter son mari dans ses défauts et je l'ai faite d'une de ses côtes pour protéger son coeur. »   « Je lui ai donné la sagesse de savoir qu'un bon époux ne blesse jamais sa femme, mais que quelques fois il teste sa force et sa détermination à demeurer à ses côtés sans faiblir. »   « Et finalement je lui ai donné une larme à verser. Cela est exclusivement à son usage personnel quand elle le juge bon. »   « Tu vois : La beauté d'une femme n'est pas dans les vêtements qu'elle porte, ni dans le visage qu'elle montre, ou dans la façon de se peigner les cheveux. »   « La beauté d'une femme doit être dans ses yeux, parce que c'est la porte d'entrée de son coeur - la place où l'amour réside. »

    Toutes les femmes sont belles.

    Partager via Gmail Yahoo!

    7 commentaires
  • Remarque cet ange!

     

    Celui-ci a préparé avec amour son panier rempli de petits poussins qui sont des messagers qui apportent des bénédictions et des souhaits spéciaux pour Pâques. Ils te sont envoyés pour que tu passes une merveilleuse journée !

     

     

    Joyeuses Pâques

    La Pâques la fête religieuse nous rappelle la grande fête de la résurrection
    et le plus grand miracle de la vie du Christ qui sortit vivant du tombeau. Elle nous rappelle le pardon, car le Seigneur a dit ¨Pardonnez à votre ennemi et priez pour ceux qui vous persécutent¨¨
    La résurrection nous montre qu'il n'y a rien d'impossible à Dieu.
    L'OEUF SIGNIFIE SIGNE DE VIE LE LAPIN SYMBOLE DE LA FERTILITÉ
    Joyeuses Pâques dans l'amour ,la paix et dans la joie!

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Les amis entrent dans notre vie pour une raison, une saison ou la vie entière. Si nous arrivons à déterminer, pour chaque rencontre, si nous l’avons faite pour une raison, une saison ou la vie, alors nous saurons comment réagir envers elle.
    - La personne qui passe dans notre vie pour une RAISON :
    C’est généralement pour combler un besoin que nous exprimons (consciemment ou non).
    Elle est là pour nous aider à traverser des difficultés, pour nous fournir des pistes, nous guider ou nous soutenir, pour nous aider physiquement, émotionnellement ou spirituellement.
    Cela peut nous sembler une aubaine et c’en est une.
    Elle est aussi là parce que nous en avons besoin. Un jour, sans que nous n’y ayons la moindre part de responsabilité, cette relation fera ou dira quelque chose qui brisera le lien! Peut-être agira-t-elle de telle manière que nous ne pourrons continuer de cheminer à ses côtés.
    Ce que nous devons réaliser alors, c’est que notre besoin a été comblé, notre désir satisfait, qu’il n’y a plus de raison de cheminer ensemble et qu’il devait être temps de se séparer.
    - La personne qui passe dans notre vie pour une SAISON :
    Parce que notre tour est venu de partager, d’évoluer ou d’apprendre. Elle nous apporte un sentiment de paix, ou nous fait rire. Il se peut qu’elle nous fasse découvrir quelque chose de nouveau, ou nous fasse faire quelque chose dont nous nous sentions incapable.
    Celle-là nous apporte généralement une somme immense de joies. Mais ce n’est que pour une saison.
    - Ceux qui sont là pour la VIE entière : Ceux-là nous forgent pour la vie, nous aident à construire nos bases émotionnelles. Notre tâche est d’accepter les leçons, d’aimer et de mettre ce que nous avons reçu et appris, dans les autres relations qui émaillent notre vie. On dit que l’amour est aveugle, l’amitié, elle, est clairvoyante.
    Merci de faire partie de ma vie!
    Ce message a pour but de montrer aux gens qu’on les aime et de voir combien ils nous le rendent.
    Dans tous les cas : Travaille comme si tu n’avais pas besoin d’argent. Aime comme si tu n’avais jamais été blessé(e). Et danse comme si personne ne te regardait
    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  • La complainte du chien abandonné!

    Au fond du vieux refuge, dans une niche en bois,

    Depuis deux ans je purge, d'avoir trop cru en toi.

    Tous les jours je t'attends, certain que tu viendras,

    Tous les soirs je m'endors, sans que tu ne sois là.

    Pourtant je suis certain, je te reconnaîtrai,

    Viens me tendre une main, je te la lécherai.

    Tu te souviens très bien, quand je sautais sur toi,

    Que tu me caressais, que je dansais de joie.

    Que c'est il donc passé, pour que ce 16 juin,

    Heureux que tu étais, je me rappelle bien,

    Tu sifflais, tu chantais, en bouclant les valises,

    Que tu m'aies attaché, là, devant cette église.

    Je ne peux pas comprendre, et ne croirai jamais,

    Que toi qui fus si tendre, tu sois aussi mauvais.

    Peut-être es-tu très loin, dans un autre pays,

    Mais quand tu reviendras, moi j'aurai trop vieilli.

    Ton absence me pèse, et les jours sont si longs,

    Mon corps s'épuise, et mon cœur se morfond.

    Je n'ai plus goût à rien, et je deviens si laid,

    Que personne, jamais, ne voudra m'adopter.

    Mais moi je ne veux pas, que l'on me trouve un maître,

    Je montre bien mes dents, et je prends un air traître,

    Envers qui veut me prendre, ou bien me caresser,

    Pour toutes illusions, enfin leur enlever.

    Car c'est toi que j'attends, prêt à te pardonner,

    A te combler de joie, du mieux que je pourrai,

    Et je suis sûr, tu vois, qu'ensemble nous saurions,

    Vivre des jours heureux, en réconciliation.

    Pour cela, je suis prêt, à faire de gros efforts,

    A rester près de toi, à veiller quand tu dors,

    Et à me contenter, même si j'ai très faim,

    D'un vulgaire petit os, et d'un morceau de pain.

    Je n'ai jamais rien dit, lorsque tu m'as frappé,

    Sans aucune raison, quand tu étais énervé,

    Tu avais tous les droits, j'étais à ton service,

    Je t'aimais sans compter, j'acceptais tous tes vices.

    Tu m'as mis à la chaîne, ou tu m'as enfermé,

    Tu m'as laissé des jours, sans boire et sans manger,

    J'ai dormi bien souvent, dans ma niche sans toit,

    Paralysé, raidi, tellement j'avais froid.

    Pourtant, si tu reviens, nous partirons ensemble,

    Nous franchirons en chœur, la porte qui ressemble,

    A celle d'une prison, que je ne veux plus voir,

    Et dans laquelle, hélas, j'ai broyé tant de noir.

    Voilà, mon rêve se termine, car je vois le gardien,

    Puis l'infirmière, et le vétérinaire plus loin,

    Ils entrent dans l'enclos, et leurs visages blêmes,

    En disent long pour nous, sur ce qu'ils nous amènent.

    Je suis heureux, tu vois, car dans quelques instants,

    Je vais tout oublier, et, comme il y a deux ans,

    Je m'endormais sur toi, mon cher et grand ami,

    Je dormirai toujours, grâce à …l'euthanasie.

    Et s'il t'arrive un jour, de repenser à moi,

    Ne verse pas de larmes, ne te prends pas d'émoi,

    Pour toi, j'étais " qu'un chien ", tu préférais la mer,

    Tu l'aurais su avant, j'aurai payé moins cher.

    A vous tous les humains, j'adresse une prière,

    Me tuer tout petit, aurait peiné ma mère,

    Mais il eut mieux valu, pour moi, cette manière,

    Et vous n'auriez pas eu, aujourd'hui, à le faire.

    Texte de Gilbert Dumas

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique